25/02/2022
Catégories : Actualité, Campus, CHUVAC, Cliniques

Vous en avez peut-être déjà croisé ces temps-ci avec l’arrivée du printemps, les chenilles processionnaires du pin refont leur apparition !

Ces larves sont très présentes dans le sud de la France de février à avril et représentent un grand danger pour nos animaux de compagnie. En effet, les poils de ces chenilles contiennent un venin redoutable qui est libéré lorsque ces derniers cassent, au moindre contact.

Le contact (buccal, cutané, oculaire, respiratoire) avec ces poils allergisants et urticants peut entraîner des conséquences graves chez le chien et le chat :

  • Une nécrose de la langue : l’animal qui essaie de lécher ses blessures ingère des poils urticants qui peuvent endommager sa langue, voire provoquer une nécrose partielle ou totale de la langue.
  • Une atteinte aux yeux : si l’animal est touché aux yeux, les poils urticants peuvent le rendre aveugle.
  • Un choc anaphylactique : une réaction allergique vive peut paralyser l’animal et entraîner sa mort.

Les premiers symptômes apparaissent en moins de 2 heures. En cas de contact buccal, l’animal peut présenter de la salivation, des vomissements, de la douleur, un gonflement de la langue ou encore des démangeaisons au niveau des babines et de la gueule.

En cas de contact avec une chenille :

  • Protégez-vous lorsque vous manipulez votre animal : portez des gants voire même un masque (le venin de ces chenilles est aussi très irritant pour l’homme).
  • Consultez IMMÉDIATEMENT un vétérinaire !
Vous suspectez votre animal d’avoir été atteint par des chenilles processionnaires ?
N’attendez pas et contacter le service des urgences de notre centre hospitalier au 05 61 19 38 62.